Something Secret
Le forum Something Secret vous souhaite la bienvenue sur sa page d'accueil! :D
Nous vous invitons chaleureusement à nous rejoindre et vous inscrire!heart heart



Forum officiel du minna! project et sur le Japon en général (Culture, Langue, JMusic (Hello! Project & TNX), Manga, Cinéma...)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesCarte du MondeConnexion

Partagez | 
 

 Castlevania Portraits of Ruins [DS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seiko
Cat's Attitude
Cat's Attitude
avatar

Féminin
Nombre de messages : 377
Age : 25
Localisation : finalement avc les copains de something !!!!
Date d'inscription : 21/05/2008

MessageSujet: Castlevania Portraits of Ruins [DS]   Mar 11 Nov - 14:37


Depuis Symphony of the Night, la tradition veut que chaque nouveau Castlevania sur console portable soit forgé dans le moule de l'Action-RPG et conserve le charme d'une 2D gothique sublimée par le thème du mythe transylvanien. S'il est certain que les cinq opus disponibles sur DS et GBA ont un air de famille évident, c'est seulement en pénétrant dans leur univers qu'on se rend compte à quel point chacun d'entre eux est intrinsèquement différent. Ainsi, n'allons pas reprocher à ce Portrait of Ruin de rendre hommage à ses prédécesseurs en reprenant tous les éléments qui ont déjà fait leur preuve, mais efforçons-nous plutôt de le remercier pour les nouvelles idées qu'il introduit et pour le plaisir de jeu indéniable qu'il se propose de nous offrir.

Explorez les tableaux pour anéantir le pouvoir de Brauner.
Afin que la légende puisse renaître au fil des siècles, perpétuant à l'infini le mythe de Dracula, le dieu Konami use généralement de son pouvoir pour restaurer le château du comte et obliger ainsi les descendants du clan Belmont à sortir de l'ombre pour chasser les forces du mal. Notre histoire se passe cette fois dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale, mais n'allez pas imaginer pour autant qu'un tel conflit suffise à défigurer l'atmosphère de ce nouveau Castlevania en le dépossédant de son charme gothique. La période n'est là que pour insérer cet opus dans la chronologie complexe de la saga, en tissant de nouveaux liens entre certains de ses protagonistes. Nous découvrons donc deux personnages inédits dont les noms rappelleront peut-être des souvenirs aux plus mordus de la série, du moins s'il leur reste encore assez de sang dans les veines pour être encore en vie. Principal acteur du jeu, Jonathan Morris n'est autre que le nouveau détenteur du Vampire Killer, le fouet légendaire transmis de génération en génération au sein de la famille Belmont. Comment Jonathan, qui ne fait pas partie du clan Belmont, peut-il se retrouver en possession de cette relique sacrée ? On peut déjà trouver un élément de réponse dans Castlevania Bloodlines, également appelé New Generation, puisque c'est dans cet épisode que s'était illustré son père John Morris. Quoi qu'il en soit, le jeune homme n'est pas en mesure de maîtriser la véritable puissance du Vampire Killer au début du jeu, et l'un de vos objectifs sera donc de trouver le moyen de le rendre apte à l'utiliser.

L'un des avantages d'être à deux est aussi de pouvoir lancer des attaques combinées.
Véritable rat de bibliothèque, Charlotte Aulin est l'amie d'enfance de Jonathan. A l'âge de 16 ans, elle se passionne plus que jamais pour la lecture d'anciens grimoires qui lui apportent la connaissance de la magie. Cette aventure sera l'occasion pour elle de mettre la main sur des parchemins perdus qu'il lui suffira de déchiffrer pour apprendre de nouveaux sortilèges et aider ainsi son compagnon à sortir vivant du château de Dracula. Les rumeurs prétendent que le seigneur des ténèbres réside toujours à l'intérieur du manoir, propriété actuelle du comte Brauner, un peintre vampire qui accroît sa force en rassemblant les âmes torturées des victimes de la guerre. Son pouvoir occulte demeure à l'intérieur de ses tableaux, de sombres peintures dans lesquelles le voyageur imprudent peut pénétrer pour atteindre des univers parallèles au monde réel. L'une des particularités du jeu réside donc dans le fait que l'exploration des lieux ne se limite plus au château de Dracula, mais qu'elle se prolonge à travers les tableaux pour nous faire découvrir des mondes aux atmosphères variées. Un excellent moyen de rallonger la durée de vie et surtout de justifier les changements d'ambiance. On ne s'étonne donc pas d'être amené à explorer une académie plutôt lugubre avant d'arpenter les sables d'un désert égyptien, en passant par toutes sortes d'environnements très inspirés.

Le grand retour du duo Richter/Maria, les héros de Chi no Rondo, en bonus.
La progression respecte les règles établies dans les précédents volets, à savoir que les personnages acquièrent de l'expérience au fil des combats, ce qui leur permet de monter de niveau et d'améliorer leurs capacités. La récupération des âmes de Dawn of Sorrow laisse la place à des techniques propres à chacun des deux personnages. Charlotte peut ainsi récupérer des parchemins qui lui permettront ensuite d'invoquer certains ennemis, de lancer des sorts d'attaque ou d'utiliser des magies de soutien. Etant spécialisée dans les arts occultes, ses techniques d'attaque se limitent à des armes blanches qui sortent des pages de ses grimoires. Des capacités qui se complètent parfaitement avec celles de Jonathan, capable d'équiper des armes de toutes sortes telles les épées, les fouets ou les poings américains, et d'accomplir des mouvements qui facilitent grandement les déplacements. A cela s'ajoute toute une panoplie d'armes secondaires, dans des styles très différents. Si certaines s'avèrent plutôt classiques, d'autres se révèlent aussi ridicules qu'étrangement efficaces, comme les avions en papier ou les tartes à la crème. Le jeu assume parfaitement ces changements de ton, du sérieux à l'absurde, du terrifiant au ridicule. Pas étonnant, dans ces conditions, de voir les béhémoths et les dragons zombies côtoyer les squelettes barman qui vous balancent des verres en pleine figure ou des servantes passant l'aspirateur dans les couloirs !

Les quêtes sont une autre grande nouveauté de cet épisode.
Portrait of Ruin est également bourré de clins d'oeil aux anciens volets de la saga. On retrouve ainsi toutes sortes d'objets évocateurs, mais aussi un bestiaire qui comporte quelques boss incontournables. La référence au tout premier volet frappera immédiatement le fan lorsqu'il affrontera successivement la créature de Frankenstein, la méduse et la momie. Sans vouloir spoiler, le donjon optionnel comporte également son lot de surprises qui méritent largement le détour, en rassemblant notamment des boss que l'on croyait avoir définitivement vaincus dans Dawn of Sorrow. Tant qu'à faire le tour des références, comment ne pas signaler la présence de Richter Belmont dans Portrait of Ruin ? Celui-ci ne se contente d'ailleurs pas d'apparaître au cours de l'aventure pour un face-à-face inévitable avec le nouveau détenteur du Vampire Killer, mais il devient carrément jouable aux côtés de la jolie Maria lorsque vous terminez le jeu. A vous de trouver quelles conditions réunir pour avoir la chance d'incarner ce duo qui s'était illustré dans l'épisode Rondo of Blood. De la même façon, la possibilité d'incarner Stella et Loretta, les deux soeurs que vous affrontez tout au long du premier scénario, n'est pas anodine puisqu'elle vous permet de refaire le jeu en profitant d'un tout nouveau gameplay. Les combats se gèrent en effet entièrement au stylet pour un résultat assez jouissif, même si l'extrême facilité de ce mode nuit un peu à son intérêt. A noter qu'un troisième scénario est à débloquer, preuve que le soft regorge de bonus qui nous incitent à poursuivre le jeu même une fois terminé.

Stella et Loretta deviennent jouables si vous obtenez la vraie fin.
Pour en revenir au gameplay propre à l'aventure de Charlotte et Jonathan, le fait de contrôler les deux personnages simultanément autorise un bon nombre de possibilités inédites. Certains mouvements ne peuvent être effectués que si les deux héros interagissent ensemble à l'écran, aussi bien pour stopper un train en marche que pour se faire la courte échelle. Le duo peut toutefois se séparer quelques instants, soit pour éviter que le second ne se fasse toucher, ce qui se traduirait par une perte de MP, soit pour activer des mécanismes particuliers. Si la gestion des deux protagonistes apporte un réel intérêt à l'aventure, on regrettera surtout de ne pas pouvoir parcourir le jeu avec un autre joueur humain. Le mode coopératif se contente de proposer seulement quelques parcours prédéfinis, ou d'ouvrir une boutique pour partager ses objets avec ceux de ses amis. Il y avait pourtant une bonne carte à jouer de ce côté-là, même si l'IA est suffisamment bonne pour ne pas avoir à se plaindre de son compagnon en mode solo. A noter bien sûr la présence de techniques combinées très impressionnantes, qui mettent à contribution les deux personnages pour lancer des attaques spectaculaires et souvent dévastatrices. Plus novateur, les quêtes que vous confient un certain NPC apportent une réelle fraîcheur à cet épisode, en vous permettant de laisser momentanément de côté l'aventure principale pour mener à bien des missions de toutes sortes. Avec la présence des portraits et la progression en duo, ces quêtes font partie des éléments qui démarquent vraiment cet épisode de ses prédécesseurs. Autant de bonnes raisons de vous lancer à votre tour dans ce nouveau Castlevania qui prouve que la saga a encore un bel avenir devant elle.


Source : www.jeuvidéo.com

mon avis a moi :
Un jeu qui se laisse facilment attaqué mais qui manque parfois de temps et d'endurance pour certains niveau.
les boss ne sont pas compliqué et les armes se laisse lmanier assez rapidement !
seul couak > le personnage Charlotte aura du mal à intervenir au besoin du joueur et risque de devenir un vrai boulet alors utilisée là avec modération xD lool roll eyes


Castlevania Portraits or Ruins Original soundratcks + Art-book > http://www.megaupload.com/?d=9M790WTC

Coming soon > Castlevania jugement sur Wii > http://www.jeuxvideo.com/jeux/0002/00025410.htm


Dernière édition par Seiko le Mar 11 Nov - 21:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dante-x-virgil.skyrock.com
Kurems
Master Cat's
Master Cat's
avatar

Masculin
Nombre de messages : 859
Age : 33
Localisation : Where we can throw a boot to the head to everyone!
Date d'inscription : 24/07/2005

MessageSujet: Re: Castlevania Portraits of Ruins [DS]   Mar 11 Nov - 15:56

Un point intéressant de traiter de ce titre dans la saga Akumajô Dracula, car fortement décrié par les fans de la série pour de nombreux points négatifs, mais je ne suis pas de cet avis car j'ai passé un excellent moment sur ce jeu pendant quelques semaines!
Il mérite sa place dans la ludothèque de la Nintendo DS, mais passer après Dawn of Sorrow, et maintenant avec Order of Ecclesia, lui a fait perdre pas mal d'intérêt tout de même...
Ce n'est pas celui que je préconise à l'achat en premier, au contraire à son prédécesseur et son successeur, mais il est à faire après si vous aimez les action-RPG...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seiko
Cat's Attitude
Cat's Attitude
avatar

Féminin
Nombre de messages : 377
Age : 25
Localisation : finalement avc les copains de something !!!!
Date d'inscription : 21/05/2008

MessageSujet: Re: Castlevania Portraits of Ruins [DS]   Mar 11 Nov - 21:26

je suis de ton avis ! ^^
moi j'ai plus un faible pour SOTN mais je dois avoué que jai passé un bon mment aussi avc celui là !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dante-x-virgil.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Castlevania Portraits of Ruins [DS]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Castlevania Portraits of Ruins [DS]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Castlevania: Legacy of Darkness - N64 - 1999
» Castlevania : Lords of Shadow (PS3, XBOX 360)
» Castlevania Curse of darkness
» Solution complète Castlevania II Simon's Quest
» AAvenir des Castlevania sur pc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Something Secret :: Autres Aspects des Cultures Japonaise et Asiatiques :: Univers Vidéo-Ludique :: Jeux-Vidéos-
Sauter vers: