Something Secret
Le forum Something Secret vous souhaite la bienvenue sur sa page d'accueil! :D
Nous vous invitons chaleureusement à nous rejoindre et vous inscrire!heart heart



Forum officiel du minna! project et sur le Japon en général (Culture, Langue, JMusic (Hello! Project & TNX), Manga, Cinéma...)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesCarte du MondeConnexion

Partagez | 
 

 Dé Ponchow ~ :]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Poncho
♥La légende de Something Secret♥
♥La légende de Something Secret♥


Féminin
Nombre de messages : 3789
Age : 25
Localisation : Sous le soleil brulant du pérou avec son sombrero au milieu des cactus
Date d'inscription : 18/10/2005

MessageSujet: Dé Ponchow ~ :]   Lun 6 Aoû - 19:07

Uééééé allez moi aussi j'ouvre un sujet ! Mdrrrr
Mais juste un parce que c'est tellement rare que j'écrive XD

Alors voilà tout ce que j'ai dans mon ordi....
un poème.... à la con XD

un autre poème....

Et les vacances de Poncho XD voilà
http://www.megaupload.com/?d=8TVMBILC

enjoy (si possible)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
manga_jap
♥La légende de Something Secret♥
♥La légende de Something Secret♥


Féminin
Nombre de messages : 4735
Age : 24
Localisation : En train de trimer comme une dingue
Date d'inscription : 01/02/2006

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Mar 7 Aoû - 10:03

j'ai beaucoup aimé =D seulement c'est quoi un arbre académique ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-stress.superforum.fr
Mango Peach
♥La légende de Something Secret♥
♥La légende de Something Secret♥


Féminin
Nombre de messages : 6202
Age : 25
Localisation : Bretagne, Vannes
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Mar 7 Aoû - 14:22

j'adore!! super!! en plsu le dessin de fleur sur le 1er poeme est trop trop beau!!

_________________

http://helloproject.over-blog.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloproject.over-blog.fr
Rijio
CAT's POUPOULE Administrator
CAT's POUPOULE Administrator


Masculin
Nombre de messages : 33864
Age : 28
Localisation : sur le forum à faire des chatouilles aux membres
Date d'inscription : 15/07/2005

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Mar 7 Aoû - 14:48

Merci ^^ Je connaissais déjà les 2 poèmes (preview powa cool)
Je file télécharger tes vacances *paf*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rijio.deviantart.com/
Mango Peach
♥La légende de Something Secret♥
♥La légende de Something Secret♥


Féminin
Nombre de messages : 6202
Age : 25
Localisation : Bretagne, Vannes
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Mar 7 Aoû - 17:12

roh!! comment tu te la pete!! mdrr

_________________

http://helloproject.over-blog.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloproject.over-blog.fr
manga_jap
♥La légende de Something Secret♥
♥La légende de Something Secret♥


Féminin
Nombre de messages : 4735
Age : 24
Localisation : En train de trimer comme une dingue
Date d'inscription : 01/02/2006

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Mer 8 Aoû - 9:13

J'aime beaucoup le premier poème !(il s'affichait pas trop hier =D)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-stress.superforum.fr
Poncho
♥La légende de Something Secret♥
♥La légende de Something Secret♥


Féminin
Nombre de messages : 3789
Age : 25
Localisation : Sous le soleil brulant du pérou avec son sombrero au milieu des cactus
Date d'inscription : 18/10/2005

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Mer 8 Aoû - 13:30

Wahhhhhhhhh pleins de coms !!!! Merciiii tout le mondeeeee >w<
Un arbre académique ? Ben en fait c'est mon lycée XD


(Ndlr /// Dans mes vacances à un moment j'ai oublié un mot y'a marqué "Du...". c'est "Du Guesclin" voilà xD )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poncho
♥La légende de Something Secret♥
♥La légende de Something Secret♥


Féminin
Nombre de messages : 3789
Age : 25
Localisation : Sous le soleil brulant du pérou avec son sombrero au milieu des cactus
Date d'inscription : 18/10/2005

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Dim 12 Aoû - 20:47

Un new poème exclusif XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
manga_jap
♥La légende de Something Secret♥
♥La légende de Something Secret♥


Féminin
Nombre de messages : 4735
Age : 24
Localisation : En train de trimer comme une dingue
Date d'inscription : 01/02/2006

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Jeu 16 Aoû - 11:01

Zenial ! J'adore la 2e strophe !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-stress.superforum.fr
Mango Peach
♥La légende de Something Secret♥
♥La légende de Something Secret♥


Féminin
Nombre de messages : 6202
Age : 25
Localisation : Bretagne, Vannes
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Jeu 16 Aoû - 16:54

O_O!! j'adore!! trop boo!!

_________________

http://helloproject.over-blog.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helloproject.over-blog.fr
Rijio
CAT's POUPOULE Administrator
CAT's POUPOULE Administrator


Masculin
Nombre de messages : 33864
Age : 28
Localisation : sur le forum à faire des chatouilles aux membres
Date d'inscription : 15/07/2005

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Dim 26 Aoû - 19:49

J'aime beaucoup!
t'as une uper écriture :D

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rijio.deviantart.com/
Poncho
♥La légende de Something Secret♥
♥La légende de Something Secret♥


Féminin
Nombre de messages : 3789
Age : 25
Localisation : Sous le soleil brulant du pérou avec son sombrero au milieu des cactus
Date d'inscription : 18/10/2005

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Dim 26 Aoû - 20:01

Hihi roule, roule! ah j'avais pas vu tous vos coms merci ^w^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poncho
♥La légende de Something Secret♥
♥La légende de Something Secret♥


Féminin
Nombre de messages : 3789
Age : 25
Localisation : Sous le soleil brulant du pérou avec son sombrero au milieu des cactus
Date d'inscription : 18/10/2005

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Jeu 20 Déc - 23:51

POWAAAAA Fo trop que je vous mette ce que j'ai écrit ça fait trop longtemps que j'ai pas mis des trucks :
ça ça date de cet été :
En direct du paradis
>> Les moutons volants

Par Katia Szilas


Au premier jour de mon histoire, je ne pouvais pas parler tellement le spectacle était magnifique. Une lumière claire et divine me parvenait à travers un air pur ; si pur comparé à l’endroit d’où je venais. Les autres arrivants eux, n’en pouvant plus de tant de spectacle et de beauté, s’époumonaient à crier des louanges aux puissances célestes qui les avaient accueillis. Mais non, moi je ne parlais pas, je remerciais avec mon cœur, par le silence.


Chapitre 1 : La graine

Les anges furent surpris de mon silence, ces anges blancs qui se pressaient autour des arrivants.
« Crois-tu qu’il soit muet ? se demandaient-ils.
-Ou peut-être tout simplement timide ?
-Je ne sais pas, pose-lui la question ! »
Un ange me tendit la main, je l’attrapai comme si ce fut mon protecteur, celui qui m’avait fait venir ici, dans ce pays baigné de lumière. Et je commençai à rire ! A rire comme je n’avais jamais ri auparavant. Ce fut ma première rencontre avec le son de l’amour, de la joie.
L’ange, rassuré, commença lui aussi à rire. Mais il n’avait pas la même voix que moi ; lui, avait la voix qui rassure et apaise, la voix profonde d’un père.
On m’amena à une autre ange aux longs cheveux couleur des blés qui me prit dans ses bras et m’embrassa tendrement.
« Quel accueil chaleureux » fut ma première pensée.
On nous fit prendre du repos, à moi et à tous ceux qui étaient arrivés le même jour. J’en profitai pour dormir en compagnie de mes nouveaux protecteurs les anges.


Chapitre 2 : La pousse

Quelques temps plus tard je me promenai dans les prés verdoyants et parmi les hautes herbes. Ma plus grande joie était d’admirer les fleurs qui poussaient partout où l’on pouvait trouver terre fertile. C'est-à-dire… partout ; car ici, toute terre est fertile, même celle du continent de l’amour. Vous savez !? Celui qui se trouve dans notre cœur ! C’est pour cela que l’on peut garder tous les gens que l’on aime dans celui-ci ! Et ne jamais les oublier. J’ai appris cela des anges. Je ne me souviens pas de mon ancienne vie, mais je réapprends les bonnes choses de l’existence au fur et à mesure du temps qui passe. A présent j’en suis aux premières notes de la portée, j’ai encore le temps de devenir virtuose ; bien le temps.
Tiens ! Voici un papillon ! Lui aussi est sûrement venu admirer les fleurs.
« Bonjour petit papillon ! », lui murmurai-je.
Il me regarda avec ses grands yeux noirs et vînt se poser sur ma main. A ce moment j’eus envie de pleurer. Tellement de bonheur réuni en un même endroit, ça ne devrait pas exister… Mais après tout, je suis au paradis.


Chapitre 3 : La tige

On m’emmena dans une contrée voisine. Avec étonnement j’y retrouvai mes camarades, ils paraissaient tous plus beaux, déridés, plus silencieux qu’à l’arrivée, ce qui m’amusa quelque peu. A cet instant j’eus l’impression qu’ils avaient opté pour les louanges intérieures comme j’en avais eu l’idée. J’en étais fier d’ailleurs !
« Eh ! Regardez ! C’est Lilian qui vient là ! » entendis-je soudain.
Encore une nouveauté ; après la fierté, l’amour, la joie et le bonheur, venait la surprise. Qu’il est agréable de se faire reconnaître au milieu d’une foule. Il suffit d’une personne pour se sentir heureux, reconnu, utile.
Pour rajouter à la surprise, non pas une mais bien plusieurs personnes me reconnurent ! Oui, maintenant que j’y pense, on s’était présenté en arrivant. Moi aussi je les reconnaissais. Le souvenir est agréable dans certaines situations et de même il est agréable de se souvenir des bonnes choses passées. Elles reprennent vie en une seconde et nous remplissent de joie.
Je me rendis auprès de mes nouveaux amis.


Chapitre 4 : La feuille

Plus le temps passe et plus les liens se resserrent, plus on apprécie ses amis et plus ils vous apprécient. J’aimerais rester comme ça, auprès d’eux jusqu’à la fin. Mais y a-t-il une fin en ce monde ? C’est une question bien vague et en même temps si claire. Il existe sûrement des fins mais chacun sait que la vie continue. De plus, au paradis, pas besoin de se poser la question… Nous sommes tellement bien là où nous sommes. Non ?
La lumière divine ne cesse de nous éclairer sauf ne serait-ce que pour s’allonger à l’ombre d’un arbre en contemplant le ciel. Infini lui aussi. Et ses nuages…
Mais ! Il y a aussi des nuages autour de moi ! Etrange ils sont en train de manger l’herbe…
« Ce sont des moutons, m’affirma Peter.
-AH ! AH ! AH ! Oui ! » Je me mis à rire tellement ma confusion était étrange. Prendre des moutons pour des nuages ! Ah ! Ah !
C’est alors que je me dis que l’on nommait parfois les nuages des moutons… Alors moutons pour moutons, la prochaine fois je parlerai directement de moutons volants.
Nous restâmes dans les moutons volants à contempler l’azur du ciel.

Chapitre 5 : L’écorce

A midi ce jour là je tombai amoureux. Encore un plaisir que seuls ceux qui sont peuvent connaître. Oui, ceux qui sont. Être ou ne pas être, telle est la question dit un ancien ancêtre des chapeaux à plume. Être heureux, être joyeux, être surpris, être fier, être reconnu, être amusé, être attendu, être apprécié, être bien là où l’on est et enfin être amoureux. De tous mes êtres, il n’en est pas un qui soit plus heureux qu’être amoureux. Et vous savez pourquoi ? Non ? Quand on est amoureux, on est dans tous les états d’être que je vous ai cité à l’instant. Quand on est ; avec la personne qui prend le plus de terre sur notre continent. Celle que l’on n’oubliera jamais car elle s’est enracinée dans notre cœur.
J’étais amoureux, je suis amoureux, je resterai amoureux jusqu’à la fin des temps. Enfin il faut peut-être éviter de dire « jusqu’à la fin des temps » ce serait mentir car il n’y a pas de fin des temps. Ou alors ce serait quand les aiguilles du cadran atteignent minuit et qu’il arrive un nouveau temps, un nouveau jour. Mais là encore ce serait mentir car je ne l’aime pas pour un jour seulement. Je dirai alors…
Je t’aime, pour l’éternité.


Chapitre 6 : Le tronc

Depuis le temps que je regarde cet arbre pousser j’ai appris des milliers de choses, et pourtant, il m’en reste tout autant à apprendre. La connaissance universelle, vous y croyez ? Moi pas ; même si l’on avait plusieurs milliers de réincarnations on ne saurait même pas un dixième de tout ce qu’il y a à savoir. A moins que le savoir se trouve directement en nous et que toutes choses forment un tout comme les gouttes d’eau qui forment l’océan. On oublie alors la majeure partie et l’on prend l’essentiel. L’amour, le bonheur.
Se poser des questions et chercher à y répondre sont aussi des plaisirs de l’existence. Chaque être a soif. Soif tout court, mais aussi soif de connaissances, soif d’êtres et soif de développer quantités de choses, y compris soi-même. Cette soif on la retrouve dès la naissance du veau qui cherche le lait dans le pis de sa mère. Pour comprendre l’incompréhensible il faut rester simple. Dans chaque vie je réapprends le simple, l’essentiel.
Je suis compliqué mais en fait très simple. H2O n’est qu’une goutte d’eau. C’est cela qui fait la diversité de ce monde. Des êtres simples et compliqués, éternels, incompréhensibles.


Chapitre 7 : La branche

Mon arbre a des branches. Chaque branche est unique et chaque arbre a des branches uniques. Peut-on vraiment mettre unique au pluriel dans ce cas ? Une chose unique ne l’est pas deux fois puisqu’elle est unique ! Nous sommes comme les arbres et leurs branches, uniques (au pluriel ?). Ce sont nos branches qui nous diversifient et nous rendent attractifs. Vous imaginez un monde où tout serait identique ? Cela serait triste… Pourrais-t-on aimer ?
Toi Peter, j’aime quand tu me tapes dans le dos en me souriant, quand tu dévores tes gâteaux, quand tu m’apprends que les moutons volent. J’aime ton rire, ta bonne humeur, ta présence. Toi, dont je suis tombé amoureux.
Etais-je fille dans une autre vie ? Ou étais-ce toi ? Peut-être les deux, sûrement les deux. Pourquoi on n’est pas comme les escargots ?
Tout ce que je sais, c’est que je suis bien avec toi, ici, à parler de tout, de rien, à patienter, à regarder l’arbre pousser. Je suis bien ; le paradis mérite bien son nom… Mais il fait de drôles de farces.

Chapitre 8 : Le bourgeon

Nous sommes au bord d’une vallée où le vent souffle et le soleil brille de milles feux. Il se reflète dans l’eau de la rivière qui le renvoie dans les feuillages des arbres qui la longent.
« N’as-tu jamais volé ? » me demande Peter.
Non, que dans mes rêves… Mais maintenant que l’on est au paradis tout est possible !
Nous ouvrîmes tout grand nos ailes blanches et s’élançâmes dans le ciel.
Je vole !
Un oiseau me salua.
Nous volâmes parmi les moutons, dans la lumière, dans l’air pur, par delà la rivière, par delà la vallée, les montagnes et les mers. Nous fîmes le tour du monde avant de revenir auprès de l’arbre. C’est à ce moment que l’on réalise que le meilleur endroit où l’on puisse être, est là où l’on a planté ses racines.
Nous fîmes un dernier envol pour atterrir sur la branche de notre arbre, et nous donnâmes la main. Main dans la main jusqu’au bout du monde, main dans la main jusqu’à ce que le bourgeon n’éclose.


Chapitre 9 : Le fruit

Oh ! L’arbre nous a donné un fruit ! Seulement un ? Nous l’appellerons « fruit de la passion ». Nous en prendrons soin et en profiterons jusqu’à ce qu’à son tour il devienne un bel arbre, unique, incompréhensible. Un cadeau comme celui-ci il ne faut pas seulement l’apprécier mais aussi l’aimer.
Les cadeaux sont aussi plaisirs de vie, du simple sourire au baiser, chaque cadeau mérite d’être. D’être reçu, d’être donné. J’ai reçu une graine, je lui ai donné de l’amour. Elle a reçu de l’amour, s’est embellie et m’a donné un fruit. J’ai reçu ce fruit et à nouveau j’y ai donné mon amour, sans oublier de remercier la graine. Le fruit m’apporta un bonheur immense et lui aussi se transforma en un magnifique arbre. Ce bonheur fut partagé, Peter est toujours avec moi. Dans ma prochaine vie il faudra que je le retrouve. Peut-être s’appellera-t-il Amélie, Jean ou encore Cacahuète, Pantoufle ou chêne, peuplier…
Je le retrouverai. Ça ne doit pas être si compliqué si notre amour est éternel.
Je te retrouverai.


Chapitre 10 : La fleur

L’arbre est en fleurs, tout comme mon cœur. Dans ce monde j’ai vécu tout ce qu’il soit possible de vivre de bon. J’ai vécu parmi l’amour, la vie, les fleurs, les animaux, les gâteaux, le chocolat, les fruits, les sandwiches au jambon, les moules frites, les tartines, les nouilles, les crêpes, gaufres… Les immenses paysages, le partage, les amis, les racines, les moutons volants, la sieste, la connaissance, les êtres, l’être unique, la lumière, l’air pur, le son… J’ai même reçu un fruit avant la floraison de l’arbre.
Toutes ces choses méritent d’exister et nous méritons d’exister parmi elles.
La vie dans ce paradis fut une expérience inoubliable. J’espère que je reviendrai, car je dois quitter mon arbre, mon corps a fait son temps, celui de Peter aussi…
« Partons ensemble tu veux bien ? » me chuchote-t-il à l’oreille.
Je verse une larme, il l’essuie du bout de ses doigts et me dit :
« Allons-y. On nous attend au paradis. »
Je prends sa main et dans un dernier souffle nous quittons… le paradis sur Terre.





(protégeons la planète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poncho
♥La légende de Something Secret♥
♥La légende de Something Secret♥


Féminin
Nombre de messages : 3789
Age : 25
Localisation : Sous le soleil brulant du pérou avec son sombrero au milieu des cactus
Date d'inscription : 18/10/2005

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Jeu 20 Déc - 23:56

Et ça c'est une nouvelle assez récente que j'ai écrite suite au voyage à Paris pour la prof de français (y'avait des phrases bizarres à mettre dedans- je vous mettrai la première page de présentation quand la prof m'aura rendu mon travail)

Eh ! ma Cuillère !

« Bon alors ! »
Une voix microphonique retentit haut et forte sortant des trous étranges se dessinant au dessus de moi... Réveillée en sursaut, je mis un certain temps avant de me rendre compte que j'étais assise -évidemment- dans le bus, direction la capitale, que j'avais pris le matin-même avec mes camarades de classe. Les trous zénithaux informes que j'avais eu du mal à distinguer ce révélèrent alors être ceux de la ventilation et du haut-parleur qui continua de tonitruer :
« Nous sommes en ce moment dans la banlieue de Paris.
-Déjà ??? pensais-je avec un petit regret... j'aurais bien voulu dormir quelques heures de plus...
-Comme certains d'entre vous ne sont jamais venus ici et n'ont jamais pris le métro, on va vous faire un petit cours de repérage... Prenez vos plans du côté où vous voyez toutes les écritures. »
Je dépliai mon plan en suivant attentivement les instructions. Bien que je m'en serai largement passé... pour moi c'est idiot de se perdre alors qu'on trouve des panneaux partout autour de soi et en plus ! On nous a distribué un plan ! Alors que certains n'aient pas le sens de l'orientation, passe encore, mais ne pas savoir lire un plan... je désespère. Quand est-ce que les profs nous prendront enfin au sérieux ?
Après les -tout de même intéressantes- explications sans fin de M. Makiarelli, professeur d'arts plastiques et grand organisateur du voyage, nous eûmes le privilège d'avoir une visite guidée de Paris depuis nos sièges bien confortables. Passant d'un bord à l'autre de la Seine, admirant Notre-sympathique-Dame de Paris et le Louvre, vu de derrière... -eh zut on a même pas pu voir la pyramide de verre- je ne pouvais m'empêcher de regarder les bouquinistes s'affairer devant leurs boxes verts en me disant : « Quand je serai vieille, je ferai bouquiniste ». Je suis déjà bien partie vu que je suis dans la branche littéraire (1ère L), non ?
« Bon vérifiez bien que vous n'avez rien oublié dans le bus et prenez bien de quoi écrire »
Ah oui c'est vrai ! On est déjà au Quai Branly ! Makia venait de nous parler de la façade végétale du musée ! J'étais dans la lune ou quoi ? Une façade qui fait écho à la jungle qu'il avait dit.
Après être descendus du car, notre troupeau se dirigea vers l'entrée qui, on peut le dire, coupe les gens du monde. En effet, en entrant, un mur transparent insonorise le site et c'est comme si l’on entrait dans une forêt impénétrable. Mais l'on ne s'y perd pas, du moins pas encore car la végétation n'est pas encore à son maximum. Après un parcours dans le labyrinthique jardin de Gilles Clément peuplé de cachettes semblables parfois à une case africaine, un sanctuaire façon Stonehenge, un jardin zen japonais, en passant par un amphithéâtre végétal, et après avoir admirer les insectes et feuilles pris aux piège dans la résine et incrustés dans le sol, l'on passe sous le musée pour atteindre l'entrée cette fois intérieure du bâtiment.
Pendant une courte pause, alors que les professeurs se démenaient pour nous chercher les entrées réservées, je me promenais dans la librairie du musée avec Anabelle et Yévan, ce qui nous donna un avant goût de l'exposition.
« Eh regarde par ici Emma ! » s'exclama Ana en me désignant du doigt un rayon garni de fabrications artisanales imitation africaine.
« Wah ! C'est trop bien fait ! » dis-je en guise de réponse.
Je fis alors l'acquisition d'une belle cuillère en bois sculptée, payée 2€50, que je rangeais précieusement dans ma poche de pantalon.

Enfin ! Enfin nous pouvons admirer l'exposition des arts premiers du musée, il était temps ! Je n'en pouvais plus d'entendre les professeurs se répéter. Depuis plus de deux mois ils nous parlent du primitif, de l'harmonie avec la nature, des ethnies... On a compris ! Pourquoi Makia-vellique nous fait encore un discours sur le musée avant d'entrer dedans... Il nous l'a déjà fait en cours !... Bref passons.
Après nous être dégagés du superflu, (manteaux, écharpes, bonnets et sacs) et armés de nos blocs-notes, direction le premier étage !
Sur le chemin tout en admirant des films -certains ethnologiques d'autres représentant des éléments naturels ou encore des animaux- s'étalant autant sur le sol que sur les mur, l'on remarque que la passerelle, qui nous projette déjà dans les altères cultures et dans la nature, prend un aspect bosselé et s'assombrit. L'on passe alors dans une véritable grotte avant de déboucher à l'étage où des milliers d'oeuvres sont exposées comme sur les parois d'une immense caverne sombre. Bien sûr les vitrines sont éclairées, nul besoin d'une torche pour explorer les différentes contrées du musée.
Parcourant les innombrables allées remplies de masques expressifs, voire effrayants, de peintures pointillistes océaniennes, de pierres taillées maories ; cheminant parmi les tenues traditionnelles provenant d'Asie, les pots décorés, les silhouettes découpées qui servaient autrefois à l'occasion de spectacles d'ombres chinoises ; chaque virage demeurait un éternel émerveillement. Tant de peuples, tant de croyances, tant d'objets ! C'était vraiment fantastique !
À l'étage supérieur l'on pouvait aussi trouver des expositions de photos et quelques autres rares objets ethnologiques (surtout des manuscrits de grands explorateurs), nous y fîmes un tour rapide mais le meilleur était en bas. ! Il y avait aussi une exposition temporaire de photos de la bouche d'une artiste qui s'amusait à la mettre bizarrement en scène, à la peindre et à lui faire faire d'autres trucks étranges, cela nous a quand même bien amusé, même si nous ne sommes pas resté longtemps devant.
« Yo les gens ! appela une voix derrière nous. C'était Arnaud, un première L -plasticien- qui passait par là.
-Vous auriez pas croisé Clément par hasard ?
-Non, répondis-je, pourquoi tu l'as perdu ?
-Ouais c'est ça on s'est séparé pour prendre des notes pis je le retrouve plus !
-Ah Ah ! Ça nous est arrivé tout à l'heure avec Emma ! fit remarquer Anabelle.
-Ah oui pour sûr ce musée est un vrai labyrinthe, j'espère qu'on retrouvera quand même la sortie ! s'exclama Yévan.
-Ça vaudrait mieux pour nous oui ! répondis-je. Arnaud tu veux rester avec nous ?
-Ouais je veux bien ! »
Nous continuâmes la visite du côté asiatique. En passant nous entrâmes dans des sortes de grottes creusées dans le mur. En fait, vu du côté extérieur ça donne des boîtes qui ressortent du mur. Elles sont dans les tons ocre, bruns et noir, des couleurs pures, de terre ou de carbone, comme celles qu'utilisaient les peuples premiers. Le mur d'où elles ressortent est constitué de poutres en bois, -matériau naturel- et l'on peut reconnaître une forêt amazonienne à travers. Sur les autres façades on retrouve aussi un esprit asiatique avec une architecture en forme de sabres, un esprit organique (mur végétal), un esprit animal (construction en forme de bulot ou coquillage), et j'en passe, le musée est vraiment hétérogène. Mais revenons à l'intérieur.
Nous nous amusions à nous faufiler dans les boîtes-grottes du mur, du moins dans celles qui étaient éclairées. En effet il y avait des problèmes d'éclairages et certaines parties du musée étaient plongées dans le noir. C'était un peu effrayant par moments lorsqu'on passait devant des cranes et autres figures en colères.
« Eh les gens ! Venez voir ça ! C'est magnifique !!! s'exclama Yévan.
Nous nous rapprochâmes.
-AH ! AH ! AH ! » Il y eu un fou rire dans l'assemblée. Yévan venait de nous montrer une vitrine vide avec une pancarte où il était écrit en tout petit : « Vitrine en cours d'installation ».
Un peu plus loin, je vis deux employés en train de réparer l'éclairage d'une vitrine. L'un tenait l'ampoule tandis que l'autre était couché précautionneusement dans le présentoir et bidouillait quelques fils. Selon les bribes de conversation que je surpris par hasard, celui qui tenait l'ampoule n'aimait pas trop ce qu'il voyait autour de lui, en effet, il était entouré de sculptures faites avec des têtes d'animaux, des os et des peaux de bêtes. S'adressant à celle qui se trouvait en face de lui il grogna :
« Carcasse, où est ta place ici, gêneuse, pisseuse » puis se retournant vers son collègue qui venait de donner malencontreusement un coup de coude dans un vase en terre cuite « pot cassé ? » lança-t-il.
« Non non ça va, rien de cassé ! J'ai eu chaud » répondit l'autre.
Je continuai la visite. Apparemment, pas mal de personnes trouvent que certaines oeuvres ne méritent pas d'être reconnues en temps que telle... C'est une vraie polémique. Ma foi, c'est vrai qu'à l'origine le but de tous ces objets n'était pas celui de finir dans un musée et d'être contemplés de tous...
Plus loin, dans la section africaine, je me trouvai encore devant une boîte plongée dans le noir. Décidément il y a eu un violent orage qui a endommagé les circuits électriques récemment ou bien ? Décidée à repartir plus loin, je fis demi-tour. Mais Yévan m'arrêta en se postant devant moi avec un air réjoui :
« Dans le noir nous verrons clair mes frères ! déclara-t-il en sortant une lampe-de-poche de son jean.
-Wow ! Alors là respect ! s'exclama Arnaud.
-Ah ah ! Trop fort ! Et tes soeurs elles verront clair aussi ? lançais-je.
Il y eu un second fou rire général puis Yévan repris :
-Ok ! Ok ! Dans le noir nous verrons clair mes frères ET soeurs !
Nous entrâmes alors dans l'antre d'une des grottes-vitrines.
-T'aurais pu la sortir avant ta lampe, fit remarquer Ana.
Nous étions tous au centre de la boîte.
-Ah oui mais je viens seulement d'y penser désolé ! Répondit Yévan.
La lumière s'éteignit et nous fûmes tous plongés dans le noir. Je ne pus m'empêcher de pousser un cri :
-Ahhhh ! Pourquoi t'as éteint la lumière !!!
Je n'eus aucune réponse. Au lieu de ça, je vis un monstrueux visage déformé par la lumière de la lampe émerger des ténèbres.
-AHHHH !!!!! » Cette fois je fis un bond monumental et je me cognai contre une vitre.
Tout se passa très rapidement. L'alarme retentit, nous entendîmes des bruits de pas se rapprocher en courant. Une demi-douzaine d'agents de sécurité nous crièrent des consignes, incompréhensibles à cause du bruit, puis nous fûmes plaqués au sol.
L'alarme s'arrêta. Certains agents nous éclairèrent le visage tandis que d'autres commençaient à nous fouiller.
« J'ai trouvé ! s'écria l'un d'eux. Il venait juste de sortir la cuillère africaine en bois de ma poche.
-Bien joué Jean ! répondit le plus grand.
Mes amis n'avaient pas l'air de comprendre ce qui se passait.
-Eh ! Mais attendez ce n'est....
Le grand agent me coupa.
-Teuh ! Teuh ! Teuh ! Pas de mais qui tienne jeune fille, on vient de trouver ceci dans ta poche ! grogna-t-il en me montrant la cuillère. Tu as une explication ? J'aimerai bien entendre ton excuse !
-Je l'ai acheté à la librairie du musée !!! » m'écriais-je.
L'agent haussa un sourcil. Il n'avait pas l'air très convaincu.
La lumière s'alluma miraculeusement. Les agents éteignirent leurs lampes et commencèrent à ausculter la salle.
-Ah tiens ! Ils ont enfin remis le courant ! s'exclama l'un d'eux.
Le grand agent écarquilla les yeux puis déclara :
-Relâchez-les ! » (Apparemment c'était leur chef.)
-Hein mais pourquoi ? Demanda le garde qui tenait Arnaud.
-Regarde autour de toi, répliqua-t-il, tu vois bien que rien n'a été volé ici, aucune vitrine brisée, aucun désordre, à mon avis l'un d'eux à du s'approcher trop près de l'un des présentoirs.
Heureusement, l'agent avait de la jugeote.
-Néanmoins, continua-t-il, cela n'explique pas ce que vous faisiez ici dans le noir et pourquoi vous avez une cuillère africaine dans la poche jeune fille !!
Les agents nous laissèrent nous relever.
-Vous dîtes l'avoir achetée, avez vous gardé le ticket de caisse dans ce cas, je conçois que nous ayons pu nous tromper car il est vrai que la ressemblance est grande entre vrai et toc.
Je fouillai dans ma poche. Par chance j'en ressortis le ticket que j'avais glissé avec la cuillère. Je lui tendis.
L'agent l'examina attentivement puis me le rendis, avec la cuillère.
-Soit, allez c'est bon pour cette fois les jeunes, dit-il en faisant un clin d'oeil à Yévan qui tenait toujours sa lampe sous son menton sans s'en rendre compte. Mais ne recommencez pas, sinon ça va chauffer pour vous ! Déguerpissez !
Ni une ni deux nous nous dépêchâmes de filer. Je pense que l'agent avait compris que c'était juste une blague qui avait pris de trop grosses proportions. Je ressortis mon ticket, il était bien écrit « Jeudi 22 novembre 13H26, cuillère africaine 2€50 ». Je me dis alors, comme « la vie ne tient qu'à un fil », que la liberté ne tient vraiment qu'à un bout de papier !
« J'ai pas tout compris, » dit Yévan en me voyant sortir le ticket.
J'expliquai alors à tous, -sauf à Ana qui avait fini par comprendre- pourquoi j'avais été accusée de vol. Ce qui nous fit bien rire, encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poncho
♥La légende de Something Secret♥
♥La légende de Something Secret♥


Féminin
Nombre de messages : 3789
Age : 25
Localisation : Sous le soleil brulant du pérou avec son sombrero au milieu des cactus
Date d'inscription : 18/10/2005

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Jeu 20 Déc - 23:57

(suite et fin : )

Après nous être remis de nos émotions et tout en nous tenant à présent éloignés des vitrines de peur de redéclencher l'alarme, nous reprîmes notre visite.
Pour réchauffer l'ambiance, Yévan nous sortit encore une phrase énigmatique dont il est roi -ce qui annonce généralement l'arrivée d'une blague-.
« Vous savez quoi ? Je vous construirai sans plan et sans ciment un édifice que vous ne détruirez pas ! déclara-t-il
Je me demandai bien ce qu'il avait encore trouvé histoire de nous faire rire.
-Ah oui ? répondit Anabelle, j'aimerai bien voir ça !
Yévan se mit alors à gribouiller un truck... qui s'avéra finalement ressembler à la Tour Eiffel.
-Regardez ! dit-il en pointant du doigt l'immense construction. À travers les immenses vitres du musée, on la voyait, là, illuminée de mille feux, la Tour Eiffel !! C'était magnifique !
Personne ne l'avait jusqu'alors remarquée.
-Wow c'est sur que celle-là on va pas la détruire ! finis-je par dire avec un soupir admiratif.
-C'est clair ! » renchéris Ana.
Avec tout ça nous n'avions pas vu le temps passer, il faisait déjà nuit ! Et l'heure de rendez-vous approchait. Nous devions retrouver les profs à l'entrée. Alors nous décidâmes d'écourter notre visite de la partie océanienne et de retourner tranquillement au point de départ.
Nous prîmes l'allée centrale pour être sûrs d'arriver à bon port. Sur le chemin je remarquai alors que tous les murs du chemin avaient été réalisés spécialement pour les non-voyants. En effet sur ceux-ci l'on pouvait retrouver nombre de dessins, petites sculptures en bas relief et textes en braille agrémentés parfois de musiques ou chants ethniques. Je m'amusai alors à toucher les bas reliefs et à deviner, les yeux fermés, de quoi il s'agissait. Je peux vous affirmer une chose, ce n'est pas facile !
Arrivée au bout de l'allée, je remarquai alors une magnifique phrase que je notai dans mon bloc-note :
« Cette langue sera de l'âme pour l'âme résumant tout, parfums, sons, couleurs, de la pensée accrochant la pensée et tirant. »
C'est vraiment une merveilleuse façon de définir le braille.

Nous y voilà, la visite est finie ! Nous avons récupérés nos affaires, les profs ont ramassé nos bloc-notes pour éventuellement corriger les quelques questions que nous avions à traiter par le biais de croquis et d'exemples. Avec les potes on ne s'attendait pas à un miracle, on n’aurait pas une note faramineuse vu que l'on avait du bâcler le sujet. Je me sentais un peu coupable, mais ils me soutenaient qu'ils n'en auraient pas écrit plus même sans l'accroche avec les agents de sécurité (oui après tout c'est ma faute). Ma foi je vais essayer de m'en persuader.
« Vous êtes tous là ? Vous n'avez rien oublié ? Allez on y va ! s'écria Makiarelli
Après avoir à nouveau traversé le jardin, à présent illuminé par des tubes plantés dans le sol qui envoyaient de magnifiques rosaces colorées sur le musée, nous remontâmes enfin dans le bus. Épuisés, les pieds pulvérisés, nous étions contents d'enfin nous poser.
À la surprise générale, les profs nous avaient pris un film pour nous passer le temps dans le car. C'était vraiment sympa de leur part. Mais j'étais tellement fatiguée que je m'endormis quasi illico, j'eus juste le temps d'entendre un des personnages supposer :
« Docteur Livingstone, je présume ?
-Encore un polar !? » pensai-je en me laissant porter sans regret par le sommeil, j'avais eu ma dose de policiers pour aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
enetari
Un CAT's venu d'ailleurs...
Un CAT's venu d'ailleurs...


Masculin
Nombre de messages : 1400
Age : 34
Localisation : devant Fruits Basket
Date d'inscription : 20/07/2005

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Ven 7 Mar - 0:13

c'est superbe Ponchounette j'adore tes dessins et tes poemes

je vais lire ton roman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rijio
CAT's POUPOULE Administrator
CAT's POUPOULE Administrator


Masculin
Nombre de messages : 33864
Age : 28
Localisation : sur le forum à faire des chatouilles aux membres
Date d'inscription : 15/07/2005

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Ven 7 Mar - 3:26

Ah! J'avais pas vu le roman Oo
Merci ene-chan d'avoir rafraichi le topic chapeau chinois

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rijio.deviantart.com/
Poncho
♥La légende de Something Secret♥
♥La légende de Something Secret♥


Féminin
Nombre de messages : 3789
Age : 25
Localisation : Sous le soleil brulant du pérou avec son sombrero au milieu des cactus
Date d'inscription : 18/10/2005

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Sam 15 Mar - 18:04

YATAAAAA !!!! Ene-chou !!! Quel beau cadeau d'anniversaire ! :P
// "Eh! ma cueillère" en fait elle est nulle l'histoire XD //
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cecile358
Master Cat's
Master Cat's


Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 22
Localisation : Là où le jour se lève, et la nuit se couche.
Date d'inscription : 21/12/2007

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Mar 18 Mar - 23:44

Super ! j' aime beaucoup tes histoires ! :D et tes poémes aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poncho
♥La légende de Something Secret♥
♥La légende de Something Secret♥


Féminin
Nombre de messages : 3789
Age : 25
Localisation : Sous le soleil brulant du pérou avec son sombrero au milieu des cactus
Date d'inscription : 18/10/2005

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Mer 23 Juil - 11:57

°un siècle plus tard°
Merci Cécilou !!! roule, roule!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cecile358
Master Cat's
Master Cat's


Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 22
Localisation : Là où le jour se lève, et la nuit se couche.
Date d'inscription : 21/12/2007

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Mer 23 Juil - 14:55

*Quelque heure plus tard*
De rien Ponchounette !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rijio
CAT's POUPOULE Administrator
CAT's POUPOULE Administrator


Masculin
Nombre de messages : 33864
Age : 28
Localisation : sur le forum à faire des chatouilles aux membres
Date d'inscription : 15/07/2005

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Jeu 24 Juil - 1:25

Dis Ponch! des écrits, t'aurais pas envie d'en faire dans le carde du m!p par hasard? :D

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rijio.deviantart.com/
Poncho
♥La légende de Something Secret♥
♥La légende de Something Secret♥


Féminin
Nombre de messages : 3789
Age : 25
Localisation : Sous le soleil brulant du pérou avec son sombrero au milieu des cactus
Date d'inscription : 18/10/2005

MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Lun 28 Juil - 0:41

Ah oui j'y avait songé...... mais là... j'vois pas trop quoi faire.... Ah si peut-être des aventures à la pension Something ?? =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dé Ponchow ~ :]   Aujourd'hui à 9:47

Revenir en haut Aller en bas
 
Dé Ponchow ~ :]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Something Secret :: Le coin des Artistes... :: Ecrits en tout genre-
Sauter vers: